La Sélection de textes raffinés (Wenxuan) ou l’unité du littéraire et du politique

Dans la ville de Jiankang 建康(1), aux Ve-VIe siècles, il existait à la cour des Liu-Song (420-479), des Qi (479-502) et des Liang (502-557) une société d’hommes de lettres qui nous a laissé une quantité inestimable de textes. Parmi ces textes recopiés pendant des siècles, édités de nos jours par les grandes maisons d’édition et étalés dans nos bibliothèques, nous trouvons encore une anthologie, la Sélection de textes raffinés (Wenxuan), qui a été compilée au VIe siècle et a fait l’objet de multiples lectures et relectures tout au long de l’histoire impériale chinoise. Il suffit d’ouvrir cette anthologie pour se faire une idée de la variété des genres et des styles pratiqués jadis à Jiankang : on y découvre, entre autres, des épîtres, des poèmes en style galant ou laudatif, des commentaires des livres canoniques, des proses métriques à caractère descriptif ou narratif, des mémoires au trône, des édits, des questionnaires d’examen et des discussions sur toutes sortes de questions, historiques…

Ver la entrada original 550 palabras más

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s